Analyse de la liturgie byzantine

La liturgie byzantine

de Saint Jean Chrysostome

 

Jean Chrysostome.jpg

 

Saint Jean Chrysostome

 

 

Il y a deux anaphores l'une de Saint Jean Chrysostome archevêque de Constantinople, l'autre de Saint Basile archevêque de Césarée.

 

clocher de Chevetogne.jpg

Les cloches annoncent la liturgie.

La Proscomédie

Le pain est préparé pour la liturgie.

Le centre appelé "l'agneau" déposé au centre du discos (patène sur pied)  et autour les mémoires:

à gauche (pour le prêtre) celle de la Mère de Dieu, à droite : celle  

discos.jpg

 

L'autel de la proscomédie

 liturgie ukrainienne.jpg

 proscomédie

1. Saint Jean Baptiste

2. Des grands prophètes

3  Des saints apôtres

4  Les évêques et métropolites

5. Les martyrs

6. Les moines et moniales

7. Les saints anargyres

8. Joachim et Anne

9. De saint Jean Chrysostome

En-dessous

Le pape, les évêques et les intentions spéciales

 

Il encense "l'étoile" composée de deux lamelles de métal recourbées en demi-cercle, croisées l'une sur l'autre terminées par une croix en-dessous une étoile. Elle sert à préserver le contact du pain des voiles qui sont déposées.

Il encense le premier voile qui va recouvrir le discos.

Puis le second voile qui recouvre le calice

Et un plus grand voile qui couvre le tout. "l'aër"

Il récite la prière de l'offrande

Il encense les saints dons, l'autel (il tourne autour de l'autel) l'église et les fidèles.

C'est le "grand encensement", Le petit : tour de l'autel et iconostase 

 

Les antiennes

Bénédiction et litanie

1ère antienne

Psaume 102

2e antienne

Psaume 145

Suivi de l'hymne

Fils unique et Verbe de Dieu

Les Béatitudes

les grecs chantent plutôt

Antienne 1:

Psaume 91.2,3 et 16 

avec comme refrain

par les prières de la Mère de Dieu ...

Antienne 2:

psaume 92, 1 et 5

Avec comme refrain :

Par les prières de tes saints, sauve-nous Seigneur: 

Antienne 3:

Psaume 94, 1.2-3, 4-5

Avec comme refrain :

Sauve-nous, ô Fils de Dieu ressuscité d'entre les morts, nous te chantons: alléluia

 

Petite entrée avec l'évangile

Précédé d'un luminaire, le prêtre fait le tour de l'autel. Le diacre porte l'évangile, il précède le prêtre et  sortent par la porte nord,  se placent sur la soléa présente l'évangile au prêtre qui le vénère, le diacre chante sagesse ! debout !

Le chœur chante "Venez, adorons prosternons-nous devant le Christ...

Le prêtre embrasse les linteaux des portes royales et bénit le porte cierge.

Chant des Tropaires:

1 Tropaire du dimanche

2. Tropaire du saint du jour

3. Tropaire du saint protecteur de la paroisse

4. Théotokion  du dimanche ou de la Mère de Dieu si l'église a celle-ci comme protectrice.

 

Pendant que la chorale chante le trisagion

le prêtre lit une prière, puis bénit le trône, endroit réservé à l'évêque, on y pose une icône du Christ

 

 

Lectures:

Prokimenon  du ton (Verset psalmique)

Apôtre (épître)

Alleluia et petit encensement

Evangile face aux fidèles

on peut mettre l'homélie ici

Les ikténies

Suit la grande ikténie où l'on fait mémoire des responsables de l'Eglise, pape, archevêque, patriarche, évêque, souverains

L'ikténie des défunts s'il y a lieu

ikténie pour  les catéchumènes 

deux petites ikténies.

C'est le diacre qui chantent les ikténies. (S'il n'y a pas de diacre: le prêtre)

La grande entrée

Le chœur chante l'hymne des chérubins.

Le prêtre et le diacre prennent les saints dons, et font le même tour qu'à la petite entrée mais s'arrêtent pour chanter les intentions.

célébration du diacre.jpg

Le diacre chante les ikténies.

Ils rentrent au sanctuaire pendant que le chœur chante la seconde partie de l'hymne des Chérubins.

Les portes et les rideaux sont clos.

 

grande entrée.jpg

La grande entrée

Ikténie sur les dons par le diacre

Chant du crédo.

Pendant le chant du crédo le prêtre agite l'aër sur les dons comme le mouvement de l'Esprit saint

Il replie l'aër

Anaphore 

Commence par l'action de grâce

En cliquant avec l'astérisque sur le disquos le prêtre élève la voix.

Chantant, criant, chantant

l'hymne de ta gloire et disant.

Chœur : Agios (le sanctus)

Pendant ce chant il récite le récit de la cène, élevant la voix pour:

Prenez,mangez;

ceci est mon corps

rompu pour vous

pour la rémission des péchés.

Puis sur le calice

 

Buvez-en tous,

Ceci est mon sang

Celui de la nouvelle alliance,

Répandu pour vous

et pour beaucoup

pour la rémission des péchés.

Le chœur répond par trois "amin !"

L'épiclèse

Le prêtre invoque le don du Saint-Esprit sur ces dons

Et fais de ce pain

le précieux corps de ton Fils

Et de ce qui est dans ce calice

le précieux sang de ton Fils

En les changeant par ton Esprit Saint

 

prière de l'ije cherubin.jpg

 

Invocation de l'Esprit saint

 L'iléton en rouge est déployé

L'éptaphos devantl'autel

Intercession

Pour les saints

et spécialement pour la Mère de Dieu

icône du signe.jpg

 

Le chœur chante l'hymne à la Mère de Dieu "Il est vraiment digne de te louer.."

Mémoire des défunts

mémoire des vivants

 

Préparation à la communion

Une ikténie nous introduit au chant de la Prière du Seigneur

Le prêtre chante

"Les choses saintes aux saints"

Il rompt le pain, il dépose dans le calice un morceau du Pain, verse le zéon, c'est-à-dire de l'eau tiède.

Il récite la profession de foi en l'eucharistie

Il communie

communion du clergé.jpg

communion du clergé

 

Communion des fidèles.

Le prêtre ou le diacre chante : "Avec crainte de Dieu foi et amour approchez "

Le chœur répond

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur

Le Seigneur est Dieu il nous est apparu.

 

communion des fidèles.png

Communion des fidèles

Emploi d'une cuillère.

Chant après la communion

Nous avons vu la vraie lumière

nous avons reçu l'Esprit céleste

Nous avons trouvé la vraie foi

nous adorons la Trinité indivisible

car c'est elle qui nous a sauvés.

Report des saints dons non consommés

Que notre bouche se remplisse

de ta louange, Seigneur,

Parce que tu nous as jugés

dignes de participer

à tes mystères saints

 immortels et purs.

Garde-nous dans la sainteté,

afin que nous chantions ta gloire,

méditant tout le jour ta justice

alléluia, alléluia, alléluia.

Petite ikténie

Finale

Prière devant l'ambon

Bénédiction avec la croix

Prière invoquant le Christ, la Mère de Dieu et les saints.

 

Remise de l'antidoron (pain bénit)

 

amen2.jpg

 


 

Anaphore de Saint Basile

Basile le Grand.png

Saint Basile le Grand

 

 

 

Le texte est plus long, mais les rites sont les mêmes qu'à la liturgie de Saint Jean Chrysostome

Anaphore

 

PRÊTRE : Être Suprême, Maître, Seigneur, Dieu, Père  tout-puissant et adorable ! Il est vraiment digne, juste et convenable à  l’excellence infinie de ta sainteté, de te louer, de te chanter, de te bénir,  de t’adorer, de te remercier, de te glorifier, toi le seul réellement  Dieu ; de t’offrir cette adoration spirituelle d’un cœur brisé de  contrition et avec un esprit humilié.   Car  c’est toi qui nous as fait la grâce de connaître ta vérité. Qui donc serait  capable de parler de ta puissance, de faire entendre toutes les louanges, ou de  raconter toutes les merveilles que tu fis au cours des âges ?   Ô  Maître de l’univers, Seigneur du ciel et de la terre, et de toute créature  visible ou invisible ; toi qui sièges sur le trône de gloire et qui sondes  les abîmes ; toi qui es sans commencement, invisible, incompréhensible,  indescriptible, immuable ; Père de Notre Seigneur Jésus-Christ, Grand Dieu  et Sauveur, objet de notre espérance.   Lui  qui est l’image de ta bonté, le Sceau de ta fidèle empreinte, celui qui te  révèle, toi le Père, en sa propre personne ; Verbe vivant, vrai Dieu,  Sagesse d’avant les siècles, Vie, Sanctification, Puissance, Lumière véritable. Par  lui s’est manifesté l’Esprit Saint, l’Esprit de Vérité, le Don de l’adoration,  le gage de l’héritage à venir, les prémices des biens éternels, la Force  vivifiante, la Source de la sanctification, par qui toute créature raisonnable  et toute Puissance immatérielle, fortifiées en lui, t’adorent et font monter  vers toi la glorification perpétuelle. Car  tous les êtres te servent. Tu es loué par les Anges, les Archanges, les Trônes,  les Dominations, les Principautés, les Vertus, les Puissances et les Chérubins  aux yeux multiples. Devant toi se tient le cercle des Séraphins aux six ailes,  dont deux leur voilent le visage, deux les pieds, tandis qu’ils volent des deux  autres, criant l’un à l’autre, de leurs bouchent infatigables, des louanges  sans fin.

 

Saint Saint Saint.

 

Anaphore de Saint Basile
              

   Nous aussi, pécheurs, avec ces bienheureuses Puissances, Seigneur ami des  hommes, nous nous écrions et nous disons : Tu es Saint, vraiment, tu es  très Saint, et il n’est pas de mesure à l’excellence infinie de ta sainteté. Tu  es juste dans toutes tes œuvres, car c’est avec équité et juste jugement que tu  as tout fait pour nous.
              Ayant  façonné l’homme en prenant du limon de la terre, et l’ayant honoré de ton  image, ô Dieu, tu l’as placé au paradis de délices, lui promettant, s’il  observait tes préceptes, la vie immortelle et la jouissance des biens éternels.  Mais il ne t’a pas écouté, toi son vrai Dieu, son Créateur, et, séduit par la  ruse du serpent, il s’est donné la mort par ses propres péchés. Alors, dans ton  juste jugement, mon Dieu, tu l’as banni du Paradis pour le placer en ce monde,  et tu l’as fait retourner à cette terre d’où tu l’avais pris, tout en disposant  pour lui le salut par une seconde naissance, en ton Christ lui-même.
              Car  tu n’as pas rejeté pour toujours la créature que tu avais façonnée, ô Dieu de  bonté, ni oublié l’ouvrage de tes mains, mais tu l’as visité de différentes  manières, dans la tendresse de ton cœur : tu as envoyé les prophètes, tu  as opéré des merveilles puissantes par tes saints qui, de génération en  génération, furent agréables à tes yeux. Tu nous as parlé par la bouche de tes serviteurs  les prophètes, qui nous ont annoncé le salut à venir. Tu nous as donné le  secours de la Loi. Tu as préposé les anges à notre garde.
              Mais  lorsque vint la plénitude des temps, tu nous as parlé par ton propre Fils, par  qui aussi tu as fait l’univers. Lui qui est la splendeur de ta gloire et  l’empreinte de ta Personne, lui qui porte toute chose par sa parole puissante,  il ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à toi, Dieu et Père, mais  lui, le Dieu d’avant les siècles, il est apparu sur terre, il a vécu parmi les  hommes, il a pris chair de la Sainte Vierge, il s’est anéanti lui-même, prenant  la condition d’un esclave, devenant conforme à notre corps de misère pour nous  rendre conformes à l’image de sa gloire.
              Et  puisque le péché, par la faute d’un homme, était entré dans le monde, et par le  péché, la mort, il a plu à ton Fils unique, celui qui est dans ton sein, toi  Dieu et Père, de naître de la femme, la Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge  Marie, de naître sous la Loi, condamnant le péché dans sa propre chair, afin  que ceux qui étaient morts en Adam fussent rendus à la vie en lui, ton Christ.
              Ayant  résidé dans ce monde et donné ses préceptes salutaires, nous détournant des  errements de l’idolâtrie, il nous a amenés à te connaître, toi vrai Dieu et  Père, et nous a acquis pour lui-même comme un peuple choisi, un sacerdoce  royal, une race sainte. Nous ayant purifiés dans l’eau et sanctifiés par  l’Esprit Saint, il s’est livré lui-même comme rançon à la mort, dans laquelle  nous étions retenus, vendus au péché.
              Descendu  par la croix au séjour des morts, afin de parfaire en lui toutes choses, il a  dissipé les angoisses de la mort. Ressuscité le troisième jour, il a frayé à  toute chair la voie de la résurrection d’entre les morts, car il n’était pas  possible que l’Auteur de la vie fût soumis à la corruption. Il est devenu  prémices de ceux qui se sont endormis, premier-né d’entre les morts, afin  d’être en tout le premier de tout. Et monté aux cieux, il s’est assis à la  droite de ta grandeur, au plus haut des cieux, lui qui viendra rendre à chacun  selon ses œuvres.Il  nous a laissé aussi de sa Passion salvatrice ce mémorial que nous avons préparé  selon ses préceptes. Car, sur le point d’aller à la mort volontaire, à jamais  mémorable et vivifiante, la nuit où il se livra lui-même pour la vie du monde,  ayant pris du pain dans ses mains saintes et immaculées, l’ayant élevé pour te  le présenter, à toi Dieu et Père, ayant rendu grâce, l’ayant béni, consacré,  rompu,

Au récit de l'institution

Il le donna à ses saints disciples et apôtres en disant:

Prenez, mangez,

ceci est mon corps

rompu pour vous

pour la rémission des péchés.

Chœur : Amin

Il la donna à ses saints disciples et apôtres en disant :

Buvez en tous,

Ceci est mon sang

celui de la nouvelle alliance

répandu pour vous et pour beaucoup

pour la rémission des péchés.

Anamnèse

Faites ceci en mémoire de moi

chaque fois que vous mangez ce pain

et que vous buvez ce calice

vous annoncerez ma mort

vous confessez ma résurrection.

Epiclèse

Ce pain comme le vénérable et propre corps

de notre Seigneur Dieu

et sauveur Jésus-Christ

 

Et ce calice comme le vénérable et propre sang

de notre Seigneur

Dieu et Sauveur Jésus-Christ

répandu pour la vie du monde

 

 

 

Hymne à la Mère de Dieu.

 En toi se réjouissent, ô pleine de grâce,

toute la création,

la hiérarchie des anges

et la race des hommes.

ô Temple sanctifié;

ô Jardin spirituel

ô Gloire virginale,

c'est en toi

que Dieu s'est incarné

en toi qu'est devenu

petit enfant

celui qui est notre Dieu

avant tous les siècles.

De ton sein,

Il a fait un trône,

Il l'a rendu plus vaste que les cieux.

O pleine de grâces,

toute la création se réjouit en toi.

Gloire à Toi.

 

 



13/07/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres